« Elles et ils font les transitions ! » – L’Eco locale – 22 février 2020

« On fait nous-mêmes ce qu’on nous a laissé croire qu’on n’était pas capable de faire »   : formule puissante prononcée par Géraldine, du Peuplié (voir plus loin), une autre invitée (Christelle) a tenu pratiquement les mêmes propos.

Cette épigraphe pourrait résumer à elle seule le contenu de ce numéro spécial. Mais allons un peu plus loin, ensemble.

Pour les 10 ans de Radio Campus Amiens, L’Eco locale, votre magazine socioéconomique mensuel, a enregistré le 11 février 2020 un numéro spécial en public, au Campus Citadelle de l’Université de Picardie Jules Verne

« Elles et ils font les transitions ! » : c’était l’occasion de rendre hommage et de donner la parole à celles et ceux qui au quotidien sont les actrices et les acteurs du changement et des transitions : transitions socioéconomique, environnementale, démocratiques.
Là où la « Raison technicienne croit savoir comment organiser au mieux les choses et les gens, assignant à chacun une place, un rôle, des produits à consommer » (Michel de Certeau), « [ces femmes et] ces hommes ordinaires » qui nous accompagnent « se soustraient en silence à cette conformation. Il invente le quotidien grâce aux arts de faire, ruses subtiles, tactiques de résistance par lesquelles [elles et ils] détourne[nt] les objets et les codes, se réapproprie[nt] l’espace et l’usage à [leur] façon » (Michel de Certeau, « L’invention du quotidien »).

Face à « l’épuisement démocratique » (pour reprendre l’expression de l’historien Quentin Deluermoz) qui frappe nos sociétés pourtant libres et avancées, Angélique et Christelle de la Table de quartier d’Etouvie, accompagnées par Myriam Bachir, montrent avec rigueur et conviction que les quartiers populaires ne sont pas des déserts politiques et participent à leur manière au renouveau démocratique indispensable pour faire face aux défis des transitions (à partir 6′).
« Prise de parole » (Albert O. Hirschman), exigence d’égalité, solidarité et changement dans le rapport au pouvoir animent aussi Le Peuplié, une coopérative de consommateurs auto-gérée basée à Amiens qui prouve  – à travers le témoignage passionnant de Géraldine et Bruno – qu’un autre modèle de consommation – sobre, durable et responsable – est possible et même souhaitable (à partir de 42’48). Ada Reichhart nous aide et à comprendre les motivations de ces initiatives.
L’accès au bio et au local qui anime Le Peuplié est justement mis en oeuvre par Mickaël Evrard pour qui on ne peut changer nos modes de consommation sans remettre en question nos façons de produire (à partir de 1h24’21). Un dialogue intéressant s’engage entre un maraîcher engagé et un agronome, Vivien Sarazin, spécialiste d’agro-écologie, sur les possibilités de ce qu’il est convenu d’appeler les transitions agricole et alimentaire.

Bibliographie sélective

Jean-François DRAPERI (2012), La République coopérative, Bruxelles, Éditions Larcier.

Patrick PHILIPON, Yuna CHIFFOLEAU et Frédéric WALLET (2017), Et si on mangeait local ?, Paris, Éditions Quae.

Myriam BACHIR (2018), Et si les habitants participaient ? Entre participation institutionnelle et initiatives citoyennes dans les quartiers populaires, Paris, Éditions Licorne/L’Harmattan.

Jean-Claude RICHARD (2019), Diony coop : Des coopératives alimentaires autogérées dans le 9-3, Saint-Georges d’Oléron, Éditions libertaires.

Sabine BECKER et François ROUILLAY (2020), En route pour l’autonomie alimentaire. Guide pratique à l’usage des familles, villes et territoires, Paris, Editions Terre vivante.

Julien TALPIN (2020), Bâillonner les quartiers. Comment le pouvoir réprime les mobilisations populaires, Paris, Editions les Étaques.

Pause musicale

Keny ARKANA : « La route sera longue »

ORELSAN : « Basique »

« Elles et ils font les transitions ! » – L’Eco locale – 22 février 2020

 
 
00:00 / 1:49:04
 
1X
 

Les commentaires sont clos.